Technologie Vs. Contrefaçon

On va parler ici de “langue”, non pas celle qu’on utilise pour s’exprimer ou se faire comprendre, mais bien de l’appendice qui voyage au sein de notre visage, évitant les différents écueils que sont les dents et…la glotte!

Cet “outil” permet de goûter ce que l’on mange ou boit, de discerner les différentes saveurs et/ou erreurs de cuisson

Dans le sujet de ce post, on parlera de la papille gustative qui fait que l’on aime ou non un whisky, selon son mélange, son goût ou encore sa maturation!

Mais peut-on être trompé, celle qu’on utilise de tous les jours peut-elle être leurrée ?!

C’est la raison pour laquelle certains chercheurs ont fait des travaux afin de mettre au point rien de moins qu’une “langue artificielle” qui serait autant capable  de discerner les nuances que de contrôler la “réelle” qualité de sa fabrication, rien de mieux pour lutter contre les contrefaçons!

Selon l’un de ses “créateurs”, cette langue artificielle agirait comme une vraie, incapable de ressentir pourquoi le café est différent d’un jus de pomme, mais qui peut comprendre des mélanges chimiques plus complexes, comme simplement faire le tri entre des whiskys vieillis plus longtemps… ou non!

Pour détecter les différences, on va jongler avec de l’or et de l’aluminium qui au contact de l’alcool, renverront une lumière différente  dont l’analyse établira un “profil” du whisky testé, whisky de qualité ou alcool de contrefaçon!

La méthode en mode portable permettrait ou éviterait à certains acheteurs de “grands crus” d’acheter de la qualité moindre

Cette manière de contrôler ne met nullement en doute les Masters Blenders, ces experts qui élaborent des assemblages de whiskys et évaluent leur “futur” potentiel, mais permettra en revanche de remplacer les “hommes” dans des contrôles plus courants

4 thoughts on “Technologie Vs. Contrefaçon

Leave a Comment