La Route de la Soie aboutit en Irlande…

J’aurais pu sortir l’expression “l’arbre qui cache la forêt” vu qu’ l’on va parler de livres et que le papier est fabriqué avec… Mais bon, on se contentera de l’image car comme bien souvent, ce que l’on a devant les yeux nous cache l’envers du décor…

D’où le moment de parler sans ambages de cette découverte faite il y a peu à l’Université de Cork et qui nous dévoile des informations jusque là impensables

On savait déjà qu’à une certaine époque, le papier étant une denrée assez chère, on le réutilisait pour de nouvelles créations, tout comme d’anciennes toiles allaient “supporter” de nouvelles peintures…

Quelle ne fut pas la surprise de ce professeur en examinant une oeuvre du XVIe siècle d’y découvrir en dessous un extrait d’un manuscrit rédigé en…gaélique! C’est en s’étonnant de l’épaisseur de sa couverture qu’il mit à jour ces pièces de vélin beaucoup plus anciennes

Cerise sur le gâteau, le livre analysé était un manuel concernant la gestion administrative des biens d’une famille établie aux Cornouailles et ce sur la période entre 1534 et 1536, la révélation contenait quant à elle des termes en rapport avec la médecine

Renseignements pris auprès d’un expert, il est apparu que le contenu était en fait une traduction en gaélique d’un ouvrage “perse” connu sous le nom de Canon de la Médecine (Qanùn) rédigé par un physicien Ibn Sina, mieux connu en Europe sous le nom d’Avicenna, recueil datant de la fin du Xe siècle!

Il est donc apparu que ce manuel était utilisé comme base par les jeunes médecins au Moyen-Age, les extraits retrouvés traitant de la physiologie de la mâchoire, du nez ou encore du dos

Quel étonnant chemin donc que celui de cet enseignement rédigé initialement en perse avant d’être successivement traduit en latin et puis en gaélique

Leave a Comment