Cookies ou simplement une coïncidence…

Nous projetons de passer notre réveillon au chaud, du moins dans un endroit plus agréable que notre froide Belgique…

Destination donc l’Andalousie et la région d’Almeria avec un tour-opérateur nous ayant habitués à des Boeings de toutes catégories et ce en fonction du nombre de passagers à transporter

La surprise vint au moment du choix des places d’avoir affaire avec un avion avec une capacité de maximum 112 personnes au doux nom d’Embraer E-Jet 190 et à la silhouette affinée ce qui ne gâche rien

Le propos se serait arrêté là si je n’étais pas tombé sur un article irlandais concernant la même société, qui je vous l’apprends sûrement est…brésilienne!

Normal, allez-vous me dire, une fois que vous saurez qu’en plus le boss est irlandais

John Slattery, c’est son nom, a un rêve, “voir un jour prochain le trèfle de la compagnie Aer Lingus sur un de ses avions”

Arrivé à l’aéroport de Dublin après avoir fait la promotion autour du monde de leur nouvel enfant,  le E2 comme on l’appelle vulgairement, plus aisé à retenir qu’Embraer E190-E2, il a longuement dialogué sur la situation économique présente et future.

Il s’attend à vendre un nombre conséquent et bien plus élevé de ses avions et ce depuis la “joint-venture” avec Boeing l’année passée, cela signifiant concrètement que la nouvelle société sera à 80% aux mains du nouvel investisseur, valorisant par la même leur business à hauteur de … 4,1 milliards d’euros!

Cette opération financière n’est en fait que “la réponse du berger à la bergère” après la prise de contrôle de leur principal concurrent, Bombardier, par l’éternel adversaire de Boeing, la société Airbus...

Le développement des nouveaux modèles devrait permettre aux quelques 70 “utilisateurs” répartis dans une cinquante de pays de remplacer leurs appareils de la 1ère génération, ce qui devraient être plus aisé du fait des améliorations affectant la consommation de kérosène entre autres, mais également le niveau de nuisance sonore en cabine

Monsieur Slattery est par contre resté assez vague sur sa place dans la nouvelle construction économique, lui qui était CEO chez Embraer…

4 thoughts on “Cookies ou simplement une coïncidence…

Leave a Comment