Explication irlandaise de la crise bancaire (02/08/2014)

Le 21e siècle ne nous a pas seulement amené l’Euro, mais également une crise financière à l’échelle planétaire dont certains organismes bancaires ne se sont jamais remis...

Qui n’a pas perdu une partie de ses économies en croyant avoir fait de bons placements de “père de famille”, qui n’a pas vu sa situation familiale évoluée suite à une perte d’emploi pour restructuration, quels ne sont pas les états qui ont dû se déclarer en “faillite”?!

090116155359
Je pense évidemment avec mon coeur à L’Irlande qui a bien depuis remboursé les milliards prêtés par le FMI… Mais beaucoup d’autres individus ont été à coup sûr concernés, comme vous, comme moi…

J’avais à l’époque découvert un article “financier” expliquant de manière imagée comment on en était arrivé là, la situation se déroulant en Irlande n’a sans doute pas été choisie au hasard!

dites-a-def-dossier-en-ligne

Et donc, Mary est propriétaire d’un bar à Dublin. Elle réalise que tous ses clients sont en grand nombre des alcooliques sans-emploi, et qu’ainsi ils n’auraient bientôt plus les moyens de fréquenter son bar.  Afin de résoudre ce problème, elle imagine un nouveau “plan marketing” qui permettra à ses clients de boire maintenant et de payer plus tard. Elle note donc dorénavant toutes les boissons consommées dans un livre de comptes répertoriant ainsi l’argent “prêté” aux clients.

La nouvelle à propos de la stratégie marketing de Mary, “buvez maintenant, payez plus tard”, se répandit à une vitesse éclair et de plus en plus de clients affluèrent dans son bar. Très vite, elle atteignit le plus gros chiffre d’affaire pour un bar à Dublin.

credit-revolvingEn procurant à ses clients la possibilité de se voir dégagés d’un paiement immédiat, Mary ne rencontre aucune résistance lorsque, à intervalles réguliers, elle augmente les prix de la bière et du vin, ces boissons étant les plus consommées. En conséquence, le chiffre d’affaire brut augmenta massivement.

Un jeune et dynamique vice-président de la banque locale reconnut que ces dettes de clients constituaient des capitaux futurs précieux et augmenta donc les limites d’emprunt de Mary. Il n’y vit aucun problème excessif, vu qu’il possédait les dettes des alcooliques sans-emploi comme “nantissement”.

3465644105

A la maison-mère de la banque, des traders expérimentés imaginèrent un moyen de se faire d’énormes commissions en transformant ces prêts clients en  Drinkbonds  (obligations boisson),  Alkibonds (obligations alcool) et Pukebonds (obligations de vomir). Ces garanties furent alors rassemblées et échangées sur des marchés internationaux sécurisés. Les investisseurs naïfs ne comprirent pas vraiment que ces garanties qu’on leur vendait en tant que AAA, la garantie la plus élevée, étaient en réalité des dettes d’alcooliques sans emploi.

croissance

Néanmoins, le prix des obligations grimpa sans arrêt, et ces garanties devinrent très rapidement les articles les mieux vendus pour certaines des maisons de courtage les plus en vue sur le marché.

Un jour toutefois, même si les valeurs des obligations continuaient à grimper obstinément, un directeur “Risques” de la banque locale originale décida que le temps était venu de demander le remboursement des dettes encourues par les buveurs au bar de Mary.

Il en informa donc Mary qui fit suivre sa demande à sa clientèle alcoolique qui sans emploi, ne put évidemment pas rembourser sa dette de boisson.

1073852991

Dès lors, Mary ne pouvant remplir ses obligations de prêt, fut déclarée en faillite. Le bar ferma et les 11 employés perdirent leur boulot.

Dès le jour suivant sa fermeture, les Drinkbonds, Alkibonds et autres
Pukebonds chutèrent de 90%!

La valeur des avoirs en obligations effondrée détruisit les liquidités des banques et empêchèrent l’octroi de nouveaux prêts, gelant ainsi le crédit et l’activité économique de la communauté.

Les fournisseurs du bar de Mary de leur côté lui avaient accordé de généreux délais de paiement et avaient investi les fonds de pension de leurs entreprises dans les diverses garanties en obligations.

Ils durent eux aussi faire face au fait de devoir passer en pertes et profits sa dette et de perdre plus de 90% des valeurs présumées des obligations.

0.2

Son fournisseur de vin se déclara également en faillite, fermant ainsi les portes d’une entreprise familiale qui existait depuis trois générations, son fournisseur de bière fut repris par un concurrent, lequel ferma immédiatement l’usine locale licenciant de ce fait 150 travailleurs.

Par bonheur, la banque, les agences de courtage et leurs dirigeants respectifs furent sauvés et sortis d’affaire par un apport de liquidités de plusieurs milliards non reliés à l’Euro de la part de leurs copains au gouvernement.

85665000_o

Les fonds nécessaires pour cette caution furent obtenus par de nouvelles taxes levées sur des employés non-buveurs de classe moyenne, qui n’avaient jamais mis un pied au bar de Mary.

Est-ce plus clair pour vous maintenant le fonctionnement de l’économie des années 2010 ?!  Personnellement, pas sûr, et au vu des affaires publiques et autres complications financières, rien n’a vraiment changé…sauf le pauvre payeur!

21129354-sourire-professeur-de-crayon-avec-le-chapeau-de-diplômé-tenant-un-pointeur
Je l’avais déjà remercié à l’époque pour son effort de traduction, je le remercie à nouveau pour m’avoir bousculé, pas facile vu l’excès de poids, afin que je reprenne ce blog…
Mon Ami le Prof, merci!

2 thoughts on “Explication irlandaise de la crise bancaire (02/08/2014)

Leave a Comment